header

L’industrie du pavage de routes, Bitume Québec, exhorte le monde municipal québécois à imiter la ville de Montréal et à mettre les bouchées doubles en matière de réhabilitation du réseau québécois des routes locales

Montréal, le 2 novembre 2016 – L’industrie du pavage de routes, du bitume et des enrobés bitumineux a exhorté aujourd’hui le monde municipal québécois à faire appel sans attendre aux programmes d’aide aux municipalités du gouvernement du Québec afin de s’attacher à la réfection active, sans délai, du réseau de routes municipales du Québec qui se retrouve en de nombreux endroits en bien piètre état.

C’est ce qu’a fait savoir aujourd’hui le président de Bitume Québec, monsieur Joe Masi, qui a insisté sur le fait que les quelque 1 300 municipalités des quatre coins du Québec auraient intérêt à procéder rapidement dans le cadre du programme Réhabilitation du réseau local du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des Transports qui vise, justement, à investir dans ce réseau de la voirie locale qui, de l’avis même de plusieurs élus municipaux, est devenu, au fil du temps, un réseau routier à rescaper.

« Il est d’autant plus pertinent de faire appel à ces programmes que le gouvernement du Québec, en vertu du récent énoncé budgétaire du ministre des Finances, Carlos Leitao, est entré dans une phase de surplus budgétaire de plus de 1 milliard 800 millions de dollars (1,8G $) » a dit le président de Bitume Québec, monsieur Joe Masi, en insistant sur le fait que le Ministre s’est engagé à réinvestir dans le développement économique, particulièrement en région, outre les secteurs de la santé et de l’éducation. Pour Bitume Québec, ce réinvestissement est devenu incontournable alors que le réseau routier municipal souffre, dans toutes les régions, d’une carence systémique en investissement depuis le transfert unilatéral de responsabilité Québec-municipalités devenu effectif en 1993, sans que le financement nécessaire ne s’y soit rattaché cependant pour s’assurer du bon entretien et de sa réfection.

« Il est grand temps que les municipalités réagissent car le besoin exige aujourd’hui un programme d’intervention purement curatif plutôt que simplement préventif ou palliatif » a poursuivi le président de Bitume Québec en précisant que l’enveloppe budgétaire de 87 millions de dollars (87M $) à cet effet, et dont le monde municipal a hérité, fait l’objet d’un gel depuis plus de 20 ans déjà.

Se gardant de vouloir être alarmiste, l’industrie du pavage estime qu’il est devenu urgent d’intervenir en la matière car ce sont, à toutes fins utiles, près de 92 000 km de routes dont les municipalités ont la responsabilité qui ont besoin d’être mises à niveau.

« Cette situation est devenue inqualifiable, intolérable et voire même dangereuse avec le temps » a enchaîné monsieur Masi qui s’est déclaré convaincu qu’il faudra tout refaire ce réseau à court ou moyen terme, si rien n’est fait dans l’immédiat.

Le président de Bitume Québec a enfin laissé savoir que l’association tentera de rencontrer dans un avenir rapproché les principaux acteurs du monde municipal afin de tenter d’élaborer une stratégie d’intervention devenue incontournable et d’établir un échéancier à la satisfaction de toutes les parties directement concernées.

Source: M. Joe Masi, Président Bitume Québec